L’accouchement est un moment très attendu par les femmes enceintes, mais la douleur qui l’accompagne est un des aléas qui font que cette expérience peut être assez difficile à traverser. Des solutions comme la péridurales contribuent à vous aider à avoir le moins mal possible, mais encore faut-il savoir si vous pouvez y recourir.

Qu’est ce que la péridurale ?

La péridurale est une procédure qui consiste à anesthésier la partie basse de l’abdomen de la femme pour faire en sorte que l’accouchement puisse se faire le moins douloureusement possible. L’utérus active la sensation de douleur au moment de l’accouchement par le biais de nerfs, et ce processus est bloqué en totalité ou en partie par les anesthésiants utilisés. Si c’est une action entreprise essentiellement sur les femmes, il est possible d’utiliser la même procédure pour des opérations menées sur des hommes dans la même zone du corps.

Comme les accouchements peuvent durer des heures, cela peut être pénible et fatiguant pour la femme, et la douleur peut être plus ou moins importantes dépendamment de facteurs divers, comme la taille du bébé et le niveau d’ouverture du col de l’utérus. Ainsi, c’est une pratique qui est assez courante pour ce genre d’opération, et on peut aussi faire une péridurale dans le cadre d’une césarienne.

Est-ce que vous pouvez recourir à la péridurale ?

Pour savoir si vous ne prenez aucun risque en faisant une péridurale, il vous est d’abord nécessaire de passer par une pré-consultation auprès d’un spécialiste en anesthésie. En effet, des complications peuvent avoir lieu selon votre cas de figure ; par exemple, nous ne réagissons pas tous de la même manière aux anesthésiants, et il y a le cas où la péridurale pourrait avoir peu ou pas d’effet sur vous. Parmi les risques que vous encourrez, on peut mentionner le mal de tête, mais aussi l’hypotension.

Pour ce qui est des conséquences plutôt graves, comme la manifestation d’allergies, elles ne se produisent que de manière exceptionnellement rare. En outre, de tels cas de figure sont communs à toutes les actions entreprises qui se rapportent à l’usage des anesthésiants divers. Ainsi, un spécialiste en anesthésie pourrait vous faire passer par différents tests avant de pouvoir affirmer si une péridurale est possible ou non.

PS : Sachez qu’au moment du rendez-vous avec l’anesthésiste, vous n’êtes pas obligé de répondre oui ou non à la question « voulez vous une péridurale ? ». Vous pouvez très bien dire que vous êtes indécise et que vous souhaitez vous décider au moment venu.

Comment se passe une péridurale ?

Le jour de l’accouchement est généralement prévu plusieurs jours à l’avance, aussi, un rendez-vous avec l’anesthésiste doit être fixé. Quand le jour spécifié arrive et l’accouchement est en train de commencer, on utilise d’abord un anesthésiant local avant d’utiliser une aiguille dite de guidage dont le rôle est de permettre de placer le cathéter, un petit tuyau dont le rôle est d’envoyer l’anesthésiant dans les parties du corps où il est requis.

Il y a trois possibilités pour la transmission de l’anesthésiant, ou plutôt pour ce qu’il en est de la quantité utilisée sur une durée spécifique ; le premier cas de figure est le recours à une machine qui se charge de la transmettre en quantité uniforme durant tout le long de l’opération. L’autre consiste à envoyer une dose spécifique, puis attendre que celle-ci se dissipe avant d’envoyer une autre dose. La troisième solution est de donner le contrôle de l’anesthésiant à la femme au moyen d’une pompe, pour qu’elle gère le flux elle-même.

Quels sont les impacts d’une péridurale sur l’accouchement ?

En outre, le médecin anesthésiste ne vous laissera pas faire une péridurale si celle-ci présentait un danger pour vous, donc, s’il vous le permet, c’est que vous n’avez pas rien à craindre, mise à part quelques désagréments. Au moment de l’administration de la première anesthésie locale, l’entrée de l’aiguille dans le bas du dos peut faire un peu mal, mais cela ne dure pas.

Ensuite, on peut ressentir ce qu’on appelle les « jambes lourdes » après la fin de l’opération, soit un engourdissement de celles-ci voire une difficulté à se déplacer. Mais en somme toute, tant que l’opération est effectuée dans des conditions d’hygiène convenables et pratiquée par des professionnels, vous ne risquez pas grand-chose. Pendant l’accouchement, vous pourrez toujours ressentir les contractions, mais elles ne seront juste pas douloureuses.

Il a cependant été fait mention qu’une péridurale pourrait augmenter la durée du travail, en raison d’une détente de la mère en raison de l’absence de douleur, ce qui la motiverait moins à pousser. Le bébé ne risque rien, notamment vis-à-vis d’une possible infiltration du produit dans son organisme, car il est protégé par le placenta.

Quelles alternatives à la péridurale ?

D’autres solutions se présentent à vous si vous souhaitez ne pas avoir mal pendant l’accouchement sans pour autant passer par une péridurale. En Chine, certaines femmes recourent à l’acupuncture, mais il y a aussi diverses options comme des massages spécifiques, la rachianesthésie, ou encore l’anesthésie générale. Cette dernière option n’est généralement qu’à pratiquer en dernier recours, parce que la mère n’est pas consciente au moment où elle donne la vie à son enfant. Alors prenez le temps de bien vous renseigner. Parlez-en aux médecins s’occupant de votre grossesse, ils vous aideront à choisir les meilleures méthodes pour vivre l’arrivée de votre bébé le plus sereinement possible.

Avez-vous pensé aux pierres naturelles de votre bola pour gérer le stress ?

Pour mieux gérer le stress lié à l’accouchement, et aux différentes étapes de votre grossesse, la pierre d’algue Marine peut vous aider à garder votre calme. Le Bola personnalisé Marie possède cette pierre au niveau du collier. Votre bijou vous accompagne ainsi tout au long de votre grossesse, des premiers mois jusqu’à l’accouchement et même après. Puisqu’il est tout à fait possible de le conserver et de l’utiliser dans la future chambre de bébé. le tintement de la bille sonore continue d’apaiser et de calmer votre nouveau né en étant accrochant près de son berceau.

Envie de partager cet article ?Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
0